Trois mois dans le houblon

Trois mois dans le houblon

 

Notre plan de départ était de trouver un travail sur l’île nord et d’y passer l’hiver. L’un de nous voulait retrouver du travail dans l’informatique et l’autre dans l’hôtellerie ou le tourisme.

Du coup on a pris un boulot dans une ferme de houblon sur l’île sud et on n’a pas passé l’hiver dans le nord. Normal.

Nous voilà donc de nouveau sur le ferry pour repasser sur l’autre île, en direction de … Matariki ! Un tout petit lieu-dit près de Tapawera qui se trouve non loin de Richmond qui se trouve non loin de Nelson. On aura au moins respecté un des points de notre plan : être pas trop loin de la mer. Matariki, c’est le genre d’endroit qu’on peut trouver uniquement parce qu’on travaille là-bas ou qu’on connaît quelqu’un qui travaille là-bas. Pourquoi ? Parce qu’à Matariki, il y a quelques fermes et … voilà.

Notre patron a racheté une ferme laitière pour la transformer en ferme de houblon. Apparemment, le houblon c’est la nouvelle tendance. Et en Nouvelle-Zélande, ça fonctionne beaucoup comme ça. Il y a eu les fermes de cerfs, les fermes laitières, les moutons et désormais c’est le houblon. Et un peu partout on peut voir des fermes de houblon se construire.

La première partie de notre mission était LE DEPOTAGE ! Pendant l’été, plusieurs milliers de plants de houblon avaient été plantés dans des pots et mis en terre. Notre boulot : retirer tous ces plants de leurs pots pour les placer dans des grands bacs afin d’être stockés en chambre froide pendant la durée des travaux sur la ferme. Et ça, comment dire … c’était … CHIANT ! Comme vous pouvez l’imaginer, des tâches répétitives, les mêmes gestes toute la journée, le dos courbé et des pots à perte de vue ! On a cru qu’on ne finirait jamais. MAIS, 10 semaines et 202 000 pots plus tard ON A FINI !!!!!!!!!!!!!!!!!!! Joie mais surtout soulagement ! Pour fêter ça, notre patron a organisé un grand barbecue, on a allumé un énorme feu de joie et on a arrosé le tout avec un peu d’eau aromatisée au houblon.

Dépotage enfin fini, nous sommes passés aux travaux de développement. Un champ de houblon, c’est plein de lignes avec de grands poteaux et entre ces poteaux, les câbles sur lesquels les plants de houblon iront s’accrocher une fois qu’ils seront grands. Notre boulot : tirer ces câbles et les fixer. Pour se faire, on a utilisé des tracteurs, une immense remorque sur laquelle étaient posés des énormes rouleaux de câble (environ 2 tonnes par rouleau), un chargeur télescopique, un quad, des « Hydraladders » (nous on les appelait aussi les engins de la mort), un triangle en bois sur lequel on fixait les câbles à tirer et un grand bâton de bambou. C’était beaucoup plus amusant mais surtout beaucoup plus intéressant que le dépotage. Et on a tranquillement fini notre mission là-dessus.

Le point vraiment positif de ce boulot, c’était le logement mais surtout les copains ! On était logés sur place, dans une petite maison très modeste mais avec tout le nécessaire pour y vivre, une superbe vue sur les montagnes et des ciels étoilés à tomber par terre. On a vécu à 6, puis à 5 puis à 4 puis à 3 dans cette maison. Et c’était génial !! Barbecues, brunch, soirée tartiflette, soirée raclette, soirée lasagne, soirée poulet yassa, soirée tout court ! Notre petite maison aura vu de la bière couler, entendu des fous rires, vécu des partis de Yahtzee, de 5000, de dobble, de bière pong, de kubo, de king’s cup … Un mélange de colonie de vacances et de vie de famille.

Mataraki

Localisation

Voilà, nous nous sommes de nouveau envolés pour explorer d’autres contrées lointaines. Famille, amis(es), fromages : ce n’est qu’un au revoir. En attendant notre retour au bercail, vous pourrez suivre nos aventures, ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top