Fjordland

Fjordland

Fjordland le retour !
Le retour car ce n’est pas notre première visite ici. Lorsqu’on habitait à Queenstown, on était venus avec nos colocs pour faire un tour en bateau dans le Milford Sound.
Petit retour dans le passé : Mars 2018.
Le Fjordland est réputé pour sa météo capricieuse. Pluie, brume et ciel couvert, sont assez fréquents dans cette région. Aujourd’hui, la météo a décidé de laisser planer le doute jusqu’au bout. 3h45 de route sous la pluie … Autant vous dire que l’idée du tour en bateau ne nous réjouit plus tellement. MAIS nous venons d’arriver au Milford et non seulement la pluie s’est arrêtée mais le soleil a également fait son apparition !! HALELUJAH !! Nous voilà repartis sur de bonnes bases, prêts à explorer les fjords.
On embarque sur notre navire avec une bonne cinquantaine d’autres touristes. On profite de cette météo clémente pour se poser sur le pont supérieur et admirer le décor qui est juste sublime. Autour de nous, des montagnes, des cascades et même des phoques. Du vert des montagnes au bleu de la mer, on en prend plein la vue. C’est grandiose ! Parfois le bateau s’approche des cascades pour un instant « douche ultra fraîche ». Spoiler alert : ça mouille ! Notre coloc Chris a souhaité tenter l’expérience : il est trempé ! On profitera de ce paysage pendant 2h sur le bateau, avant de repartir directement sur Queenstown. La route est longue !

Mais le Fjordland a bien plus à offrir qu’une simple croisière dans le Milford Sound. Ça demande juste un peu plus de temps. C’est pourquoi on y retourne aujourd’hui ! Et cette fois ci, on va explorer en van et à pieds.

Ce 2ème passage dans le Fjordland a également quelque chose de spécial : on va fêter les 30 ans de Lucile, voyageuse rencontrée 2 jours plus tôt dans les Catlins.
Au-delà des paysages, ce qu’il y a de vraiment génial dans le voyage, c’est les rencontres. Parmi ces rencontres, il y a les « rencontres éclairs ». Celles où on partage un petit moment ensemble tout en sachant qu’on ne se reverra probablement jamais, sans que ça n’enlève la joie des instants partagés. Et puis il y a ces autres rencontres, ces voyageurs qui deviennent des amis et qu’on retrouve plusieurs fois sur notre chemin, parfois aux 4 coins du monde. Dans les 2 cas, le scénario est plus ou moins similaire. Le contexte de voyage fait tomber les barrières plus rapidement, on se pose moins de questions et on apprend à se connaître en voyageant ensemble. On s’échange un résumé très condensé de nos vies pendant qu’on randonne, on partage nos tuyaux et bons plans de voyage pendant qu’on mange, on parle de nos expériences, nos émotions et nos états d’âme autour d’une bière et puis on se dit à bientôt. Ici ou ailleurs, dans 1 semaine ou dans 1 an.
Nous voilà donc au camping de Te Anau pour célébrer l’anniversaire de Lucile, presque inconnue avec qui on a passé une soirée sur le freecamp de Monkey island, avant de décider de se retrouver 2 jours plus tard autour de 30 muffins. Sur place, on retrouve donc Lucile, star de la soirée mais aussi Clément. On fait également la connaissance de Meu Meu, Marjo, Simon et Helen. Tous voyageurs, tous en van. On passe une super soirée, Lucile souffle ses 30 bougies sur ses 30 muffins, on boit, on mange, on rit et on arrive quand même à prévoir la randonnée du lendemain !
Il est 8h du matin, et les portes des vans s’ouvrent les unes après les autres. On s’est tous regroupés sur le même spot. C’est un peu comme une colonie de vacances mais en van. On se prépare tous à partir, direction Key Summit.

Key Summit est une randonnée facile d’accès, avec un peu de dénivelé mais rien de bien violent. Aujourd’hui grand ciel bleu, le soleil brille et il ne fait pas encore trop chaud : les conditions idéales pour randonner. Tout au long du chemin, la vue est bien dégagée. Et quelle vue … ! Des sommets enneigés (on vous a déjà dit qu’on aime la montagne ???) et le printemps qui a fait fleurir la végétation autour de nous. On s’arrête souvent, juste histoire de dire « WOUAAAH » une énième fois. Petit arrêt devant un petit lac à quelques mètres du sommet pour admirer le tableau que nous offre Mère Nature. Et bien sûr, LA photo de groupe pour immortaliser cette journée ainsi que la photo « Gueule de rien ». C’est un nouveau concept, introduit par Lucile. Le principe est simple : n’avoir aucune expression, un peu comme la photo de votre passeport si vous voulez. Alors, en théorie ça semble plutôt simple hein. Mais dans la pratique, c’est autre chose et il y a pas mal de fous rires avant d’arriver à LA bonne photo « gueule de rien ». Quelques mètres plus loin, on atteint le sommet. Endroit parfait pour le pique-nique. Bien évidemment, un Kéa s’est joint à nous. Ce jour-là, il ne piquera rien. On est tous biens prudents.
Après avoir bien profité de la vue, on finit par entamer la descente et s’organiser afin de passer une nouvelle soirée tous ensemble. On trouve un super camping du DOC non loin de là, enclavé dans les montagnes et au bord d’une rivière. Le camping est gigantesque et nous ne sommes qu’une dizaine de vans et on représente la moitié d’entre eux. On installe notre camp (table et chaises de camping), on sort les bières et les chips, on met un peu de son, on s’asperge de répulsif (les sandflies ont également établi leur camp ici) et nous entamons la soirée. Entre discussions philosophiques, récits de voyages et fous rire, on prend le temps d’admirer les étoiles et faire un peu de paintlighting autour de nos vans. Encore une soirée géniale !
Le lendemain nos chemins se sépare, certains foncent au Milford Sound pour faire une croisière, nous choisissons de partir, avec Clément, pour Mariane Lake. Un lac d’altitude se trouvant à …m d’altitude. La randonnée commence par la succession de superbe rapides et cascades au milieu d’une forêt tropicale. C’est clairement l’un des principaux intérêts car le reste du chemin est assez décevant. Ca grimpe, avec des points de vue quasiment inexistants et une signalétique approximative qui nous fera sortir du sentier. Après 1h30 de marche, on sort enfin de la forêt et on fait face à d’énormes rochers qui nous séparent du Lac Mariane.
L’ambiance est mystique, les nuages sont bas et cache la pointe des montagnes qui entourent la retenue d’eau. On se pose le temps de contempler la scène et la capturer avec nos appareils. On ne traînera pas car il y a 3h45 de route qui nous attend pour rejoindre Queenstown. Retour au bercail !

Localisation

Voilà, nous nous sommes de nouveau envolés pour explorer d’autres contrées lointaines. Famille, amis(es), fromages : ce n’est qu’un au revoir. En attendant notre retour au bercail, vous pourrez suivre nos aventures, ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top