The Catlins

The Catlins

On nous l’avait vendu comme la Bretagne néo-zélandaise, les pingouins en plus. Ba on ne nous avait pas menti ! Ouais, ça ressemble quand même pas mal à nos belles côtes bretonnes, à commencer par notre premier arrêt qui illustre parfaitement bien l’idée qu’on se fait de la Bretagne Néo-Zélandaise ! Nous sommes à Nugget point, paraît-il qu’il y a parfois des pingouins ici. On ne les verra pas. En revanche, la vue en valait le détour. Un superbe phare qui surplombe les falaises, des vagues énormes et puissantes qui viennent frapper les roches, des centaines d’oiseaux à l’affut des poissons … Il ne manquait plus qu’une bonne crêpe.
Les Catlins c’est aussi des superbes cascades cachées au milieu de forêts très denses et humides. Et ici, de la cascade il y en a « AU LARGE » ! On ne les a pas toutes faites par manque de temps mais aussi car il ne fallait pas perdre de vue notre objectif de la côte Est : Mission Pingouin !!!!!!!!!!!!!!!!!! En tout cas les cascades étaient belles et impressionnantes. La puissance de l’eau ainsi que le bruit généré, n’enlève en rien le calme et la sérénité du lieu. Tout est paisible, on n’entend que l’eau et quelques oiseaux : le bruit de la nature. Par chance mais sûrement aussi grâce/à cause des nuages menaçants, nous sommes seuls face aux cascades. Hé oui, il y a quand même des avantages à randonner avec un temps de M#*%E !

Revenons-en à nos pingouins. D’après nos renseignements, il serait possible de les observer à Curio Bay. Et pas n’importe quels pingouins : les pingouins aux yeux jaunes. Nous mettons donc le cap sur Curio Bay. Arrivés sur place, nous demandons autour de nous quels sont les endroits où il est préférable d’attendre pour les voir. Tous nous indiquent, un seul et même endroit. La serveuse du café nous précise même qu’ils sortent généralement de l’eau entre 15h et la tombée de la nuit. Très bien … Belle fourchette de temps ça ! Il est 14h55, on n’est pas venus là pour beurrer les sandwichs et on n’a pas envie de louper l’arrivée des pingouins. Alors, on ne se pose pas de questions et on file sur la fameuse plage. On se pose sur des rochers et on commence à attendre …
15h30 : zéro pingouin à l’horizon. D’autres personnes viennent attendre sur les rochers, d’autres repartent déjà.
16h : on fait la connaissance de Clément, venu lui aussi, observer les pingouins.
16h30 : toujours aucun pingouin en vue mais on discute et on rigole avec Clément alors le temps ne semble pas si long.
17h : Rien, pas de pingouin. Les visiteurs arrivent, se posent et ceux arrivés plus tôt, repartent.
17h30 : Nada ! Que dalle ! On se fait de faux espoirs en regardant dans l’eau, on pense apercevoir des pingouins dans les vagues puis on se rend compte que ce sont des algues ou des bouts de bois. Le vent s’est levé. On commence à émettre des théories « peut-être qu’ils nous voient alors ils ne veulent pas sortir de l’eau », « peut-être qu’on les a loupés de peu » …
18h30 : On est gelés et on se prend le vent en pleine face. C’est super ! Bien évidemment, toujours pas l’ombre d’un pingouin. On commence à se demander si on ne va pas partir. Mais finalement on reste.
19h : Le vent, le froid et la position immobile auront eu raison de Clément. Le renoncement. On n’est pas loin d’abandonner nous aussi mais on aperçoit plusieurs personnes du D.O.C (Department of conservation) arriver sur la plage. D’un côté on se dit que c’est bon signe, de l’autre on peste en se disant que s’ils n’arrivent que maintenant c’est qu’ils savaient depuis le début qu’on ne verrait aucun pingouin dans l’après-midi. Oui, 4h à attendre sans bouger, ça nous a rendu un peu rageux.
19h30 : Clément est revenu avec une couverture ! Et, des agents du D.O.C pointent leur doigt en direction des falaises. On court ! Il fait déjà très sombre mais on aperçoit au loin (même de très très loin), un point en mouvement : notre premier pingouin !!!! On l’appellera le demi-pingouin car nos yeux n’ont vus qu’un point mais nous savons qu’il s’agissait d’un pingouin.
20h : Enfin du mouvement côté plage ! UN PINGOUIN !!!!!!!!!!!!!!!!!! Entier, debout et en mouvement. VICTOIRE !! On ne le verra que très peu de temps (parce que la nuit est déjà tombée et qu’il passe souvent derrière les rochers) mais c’était juste assez suffisant pour apprécier ce moment privilégié. Sa façon de marcher et de sauter nous a bien fait rire et bien qu’on ait pu en observer qu’un et demi, on est très heureux. Malheureusement la population de pingouins aux yeux jaunes s’est beaucoup réduite et il devient de plus en plus rare de pouvoir les observer dans leur milieu naturel. Notre patience aura payé !
On est repartis de la plage avec Clément et on est allés ensemble sur le freecamp le plus proche. Petit apéro dehors, devant nos vans, à la fraîche pour continuer de faire connaissance avant que Morphée nous tende les bras. 5h à attendre en plein vent, croyez-nous, ça fatigue !!

Ce matin nous sommes réveillés non pas par la pluie mais bien par la grêle ! Le ciel est gris, il y a un vent à décorner les bœufs et des morceaux de glaces qui nous tombent sur la tête : belle journée en perspective !! Mais, on ne se décourage pas. On a encore quelques endroits à voir avant de quitter les Catlins.
Premier arrêt au Slope point, le point le plus au Sud de l’île Sud de la Nouvelle-Zélande (Hé oui, Bluff est légèrement plus haut que Slope point). Ici, le vent est déchaîné. On n’est pas loin de pouvoir décoller. La pluie et la grêle se sont arrêtés, ce qui nous permet de pouvoir profiter un peu de la vue.
Second arrêt à Waipapa Lighthouse. Ici, nous avons vécu les 4 saisons. Pluie, soleil, grêle, soleil, vent et pluie, soleil à nouveau puis orage puis soleil … Que du bonheur ! Pendant les instants d’été, nous avons pu aller voir le phare ainsi que les lions de mer affalés sur la plage. On est repartis lors d’un instant hiver.
Troisième arrêt à Invercargill. Alors, clairement cette ville est probablement l’une des plus moches qu’on a vues en Nouvelle-Zélande. Deux raisons nous ont poussées à nous rendre ici : la première étant de refaire le plein et la deuxième et plus importante de toutes …. Le fromage ! Du Morbier, du Cabecou, de la Tome, du camembert et parfois même du Saucisson … Pour ça, il faut se rendre chez Windsor wines. Un revendeur de vins, expat français. Une fois dans la boutique, si vous ne le savez pas, vous ne pouvez pas deviner qu’il y a là de l’or sous forme de lait caillé. En effet, le fromage et la charcuterie ne sont pas exposés en vitrine et il n’y a aucun panneau qui indique qu’ils sont vendus ici (ouais, on avait nos sources !!). Alors il faut demander. Une vendeuse nous installe alors dans la salle de dégustation puis revient avec un colis en polystyrène, contenant les fameux trésors. Nos cœurs craqueront pour un morceau de Morbier ainsi que 3 crottins de chèvre. Malheureusement, il n’y avait plus de saucisson.
2-3 courses plus tard, on est repartis en direction de notre dernier freecamp des Catlins : Monkey island.

Arrivés sur place, nous retrouvons Clément et faisons la connaissance de Lucile, une autre voyageuse en van. Un petit apéro plus tard et nous voilà à organiser l’anniversaire de Lucile qui aura lieu dans 2 jours. Ce sera dans le Fjordland : notre prochaine étape.

Localisation

Voilà, nous nous sommes de nouveau envolés pour explorer d’autres contrées lointaines. Famille, amis(es), fromages : ce n’est qu’un au revoir. En attendant notre retour au bercail, vous pourrez suivre nos aventures, ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top