West Coast

West Coast

Toutes les bonnes choses ont une fin. La communauté de Te Anau s’apprête à faire sa dernière étape de voyage ensemble. Retenez vos larmes, on ne s’est pas encore quittés !

On est en route vers la côte Ouest de l’île du Sud et notre épopée démarre par la traversée d’Haast Pass. On a roulé moins de 100km et pourtant le paysage a déjà changé. Notre premier arrêt de la « West Coast » : les Blue pools. Après une petite marche dans la forêt primaire et la traversée d’un pont suspendu, on aperçoit l’eau cristalline de la rivière Makarora. L’eau turquoise est tellement claire et les couleurs tellement vives qu’elle semble avoir été peinte. On serait bien restés un peu plus longtemps mais il semblerait que les Blues pools soient aussi le territoire de forces armées très dangereuses : les sandflies ! On est vulnérables et sans défense car aucun produit n’est assez efficace contre ces bêtes féroces et assoiffées de sang. Aussi vaillante soit elle, la communauté de Te Anau doit battre en retrait. C’est malheureusement un bon aperçu du genre de combat qui nous attend sur la majorité de la côte Ouest. La guerre ne fait que commencer !

On vient tout juste d’arriver à notre camping et on compte déjà les premières morsures de sandflies : la soirée en plein air s’annonce merveilleuse. Avis aux futurs voyageurs : le Lake Paringa campsite est un nid à sandflies ! Ils opèrent dans tout le camp et en grand nombre. Vous n’avez aucune chance de vous en sortir indemne. C’est dommage, le camp est plutôt sympa mais la présence de ces sales bêtes suffit à transformer n’importe quel coin de paradis en un enfer sur terre. Et dans l’enfer des sandflies, les damnés sont couverts de la tête aux pieds, cordons de capuche sérés au maximum : on est prêts pour la fashion week !

On a tous survécu à cette nuit en territoire ennemi (qui a laissé quelques marques sur notre peau).  On prend la direction de Fox Glacier. La végétation est plus dense, le climat plus humide : le décor est radicalement différent de l’Est. Comme son voisin Franz Josef, Fox Glacier est notamment connu pour son … glacier ! Tout du moins ce qu’il en reste … Parmi toutes ces images plus alarmantes les unes que les autres, la photo du glacier 10 ans auparavant à côté de ce qu’on peut apercevoir aujourd’hui, a de quoi pouvoir convaincre les sceptiques sur la question du réchauffement climatique. C’est triste et désolant à voir. Pour être honnête, la côte Ouest n’a pas été un coup de cœur. Les randonnées y sont plus complexes, moins intéressantes (pour nous) et la végétation luxuriante rend les paysages moins impressionnants (surtout pour une question de visibilité). En revanche, on a beaucoup aimé pouvoir admirer le Mont Cook depuis ce côté. C’est d’ailleurs à Franz Josef que de nombreux photographes viennent immortaliser le Mont Cook et sa réflexion dans le lac Matheson. Et nous, on veut l’immortaliser au coucher du soleil (oui, un jour on lancera un magazine qu’on appellera Passion montagne et coucher de soleil). Le vent est faible, le soleil est au rendez-vous, la visibilité est bonne (on n’a pas vérifié mais les astres étaient probablement alignés aussi) : tout est là ! Une toute petite marche de 30 minutes nous sépare du point de vue et c’est exactement le temps qu’il a fallut pour qu’un énorme nuage vienne s’installer devant le Mont Cook. Et ce n’est clairement pas le genre de nuage qui peut rendre une photo un peu mystique. Non, c’est le genre de nuage qui cache intégralement ce que vous êtes venus voir. Bref, on est déçus mais on ne va pas terminer cette journée sur une mauvaise note. On retrouve nos amis tchèques Irča et Martin qui travaillent en ville depuis peu.
Cette soirée avec eux nous a rapidement fait oublier notre récente déception.

Aujourd’hui, on retrouve nos compagnons de la communauté de Te Anau qui avaient dû avancer sans nous pour des raisons mécaniques. Notre point de rendez-vous : la plage d’Hokitika. C’est pas dégueu ! On aime Hokitika, on aime ce genre de petite ville côtière toute mignonne, on aime ces plages sans prétention qui offrent des supers couchers de soleil, on aime ! On aime aussi les eaux turquoises des gorges d’Hokitika. En revanche, on n’aime pas les sandflies qui nous ont fait déguerpir en moins de 10 minutes. Tout comme les Blues pools, le cadre est magnifique mais à moins d’être en possession d’une arme super sonique capable de repousser des armées entières de sandflies, il est très difficile de rester admirer le paysage.

Après une nuit sur Hokitika, on doit reprendre la route et … la communauté de Te Anau doit se séparer ! Pour de vrai cette fois-ci et pour une période indéfinie. Les au revoir ne sont jamais très joyeux mais ce sont des au revoir, pas des adieux. Et ça fait parti du voyage. On souhaite bonne route à nos compagnons et on repart en direction des Pancakes Rocks. Aucun jeux de mots, aucune énigme, tout est dans le nom : des énormes rochers en formes de montagne de pancakes. La théorie la plus plausible ? Un soir, mère Nature pris un peu trop de substances illicites et alors qu’elle dégustait des pancakes, elle s’est dit « Wouaouw ! Je crois que je tiens un truc ! Ces pancakes empilés ça ferait des supers rochers, non ? » et PAF ça fait des chocapics ! Ou des pancakes rocks ! La légende raconte qu’elle avait vraiment pris beaucoup beaucoup de substances. Ce qui expliquerait le grand nombre de pancakes rocks. « Et qué s’appelorio Quézac » !

Localisation

Voilà, nous nous sommes de nouveau envolés pour explorer d’autres contrées lointaines. Famille, amis(es), fromages : ce n’est qu’un au revoir. En attendant notre retour au bercail, vous pourrez suivre nos aventures, ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top